Mise en situation : Le retour d’experience

La semaine dernière, je posais sous forme de jeu une question qui semblait très simple, avec seulement 2 réponses, incompatibles entre elles : Soit on implique l’équipe, soit on ne l’implique pas).

Tout d’abord, je suis très content de la « réussite » de ce jeu : le taux de participation a dépassé mon objectif et les résultats montrent qu’il n’y a pas d’évidence dans la réponse, dans l’action à mener !

Évidemment, la réponse doit tenir compte du contexte (Que veux exactement le manager ? Quelle maturité à l’équipe ? Quel relation de confiance existe entre l’équipe et Le ScrumMaster, etc …). Aucune formation Scrum (certifiante ou non) ne donnera la « bonne » réponse ! Scrum est là pour nous faire nous poser des questions ! Scrum nous suggère d’essayer et de mesurer quels seront les effets. Dans mon contexte, j’ai choisi de prendre un risque !

En effet : cela ne fait que quelques semaines que je travaille avec cette équipe et notre relation de confiance est en pleine construction. J’ai donc pris le risque (un peu calculé, j’avoue) d’aborder ce thème en rétrospective. Après une heure de discutions, l’équipe a proposé de mettre en place des indicateurs pour mesurer les efforts produits par Sprint ainsi qu’un graphique pour mesurer l’avancement !

Ok, j’entends d’ici des lecteurs qui rient ! Mais ils ne devraient pas ! Lorsque nous avons mis en oeuvre Scrum, l’équipe a essayé de mettre en place ces indicateurs, mais comme ils lui paraissaient inutiles, ils ne voulaient plus les maintenir !

L’équipe a donc décidé de mener les actions suivantes :

  1. Remettre au propre le « Tableau d’avancement » qui après quelques Sprint ne ressemblait plus à grand chose
  2. D’imprimer en début de Sprint une grille vierge pour le Burndown chart et de dessiner chaque matin son avancement.
  3. D’afficher l’évolution de la vélocité entre les Sprints.

Il nous restera maintenant à voir si le manager a une meilleur vision du travail réalisé par l’équipe.

J’aurai compris cette semaine que la mise en œuvre de Scrum doit se faire elle aussi de manière incrémentale. Il faut savoir laisser l’équipe commettre des erreurs pour qu’elle puisse comprendre par elle même !

1 Réponse à “Mise en situation : Le retour d’experience”

  1. Christine :

    J’ai adoré votre approche des tests.
    Je l’ai complété avec les typologies de tests.
    Je vous l’envoie.

Mettre un commentaire